Juste un petit mot avant de commencer, merci pour tous les commentaires et autres messages par mail, ça me va "droit aux coeur"!:))

Samedi 9 Mai

Ce matin, c'est grasse matinée jusqu'à 7h30! Et puis j'ai bien dormi, par contre le temps est tout gris et tout brumeux. Après un petit déjeuner bien mérité, nous nous rendons à pied à l'embarcadère juste à côté de l'hôtel pour faire une petite "croisière" sur le lagon. Bon, c'est sûr, l'eau n'est pas aussi bleue qu'à Bora Bora et il ne fait que 10°. J'ai prévu le coup avec un sweat et le Gore-Tex, mais même avec ça, fait pas super chaud.
Juste avant d'arriver au ponton, il y a un petit stand avec des femmes Himbas (cf "Rdv en terre inconnue" avec Muriel Robin) qui vendent des petits objets. Les pauvres, elles doivent être frigorifiées. L'une d'elles écoute un mp3... ou comment briser le mythe!
Après la petite visite d'un pélican, nous embarquons (sauf quelques personnes sujettes au mal de mer qui ont préféré rester à quai, tiens ça me rappelle quelqu'un ;)) sur un joli catamaran.

Jour_6 Jour_6__47_ Jour_6__2_

Mike est notre "guide".
Nous nous installons à l'avant, moi j'ai pas de place (je laisse toujours les autres s'installer avant), mais c'est pas grave, je vais bouger. Une otarie vient nous saluer et monte carrément sur le pont! Rigolo.
Nous partons donc loin, toujours plus loin... vers l'Ouest forcément, en fait vers une plage où il y a une colonie d'otaries. Les pélicans nous accompagnent, je n'avais jamais vu "amerrir" un pélican, ils freinent avec leurs deux pattes en avant, c'est vraiment "excellent"!

Jour_6__19_ Jour_6__11_ Jour_6__12_

Nous passons près d'une petite plate forme où ils cultivent des huîtres.

Jour_6__15_

Je fais quelques aller-retours entre le pont et l'intérieur histoire de me réchauffer un peu et d'être assise. Je discute aussi avec les "mousses". Finalement je discute avec plein de gens que je ne connais pas sur ce voyage! En anglais c'est plus facile.
Après un petit moment à l'arrière, je me décide à repasser devant. Toni me demande alors:
- "Tu es chaude?"
Euh alors Toni, viens par ici que je t'explique un peu la grammaire française... C'est pas ça qu'on dit! Allez hop, gros fou rire, et il est à nouveau tout confus.
Nous apercevons 2/3 ailerons de dauphins, mais comment dire, ce n'est pas très convaincant. En revanche, la mer est presque d'huile, ce n'est pas la traversée Bora Bora - Manihi et ses creux de 4 mètres... (pensée émue pour Flo), là c'est plutôt 40 cm!
Après avoir bu trop de thé, j'ai une envie pressante et me rends donc dans les toilettes du bateau. Wow, c'est tout minuscule. J'y fais ce que j'ai à y faire et lorsque je veux en ressortir... la poignée de la porte me reste dans la main. Ah euh.. alors... j'essaie tant bien que mal de la remettre en place, mais impossible d'ouvrir la porte (qui s'ouvre vers l'intérieur bien entendu...). Euh... ok, analysons la situation. Je suis sur un bateau au milieu de l'océan et coincée dans 1 mètre carré et demi, que faire? Je crie? Ah, y'a une fenêtre. J'arrive à l'ouvrir mais ça donne sur le côté du bateau, impossible que quelqu'un me voit et à fortiori m'entende. Je remarque aussi une autre fenêtre au dessus de ma tête et commence à essayer de l'ouvrir. Tout ça dure quand même un certain temps... (non on ne panique pas!) quand finalement la porte s'ouvre par miracle! Mon dieu c'est  C. la bavarde, je l'aurais presque embrassée! LOL Oui, bon, j'ai ma dignité, je sors donc l'air de rien en lui disant de faire attention de ne pas fermer la porte car la poignée est cassée et je pars me saouler pour oublier cette aventure traumatisante... Euh... non... en fait, je vais à l'avant histoire de voir le paysage.
Nous nous approchons de la plage des otaries sans accoster.

Jour_6__24_ Jour_6__30_

Puis, nous nous dirigeons vers une énorme plate forme pétrolière/gazière? Je n'en ai jamais vu d'aussi près et c'est impressionnant. Certaines viennent ici à Walvis Bay pour y faire des réparations. Alors donc ça bouge ce truc énorme?! J'en apprends décidément tous les jours.

Jour_6__34_

Vers 11h30, nous nous retrouvons tous à l'arrière du bateau autour d'une table pour le repas de midi. Au menu, des petits canapés et à boire, du champagne (où de l'eau au goût bizarre, choisis ton camp camarade!). Enfin, quand je dis champagne, c'est plutôt du mousseux Sud africain, mais vraiment très bon. Hips! Et les petits canapés sont excellents, on se régale. Dommage qu'il fasse si froid et gris.

Jour_6__38_

Mais est-ce mon téléphone qui sonne?
"Allo?"
"Oui, bonjour Madame, Numéricable à l'appareil je vous appelle pour vous annoncer nos promotions..."
"Excusez-moi, mais là je suis à l'étranger, pourriez-vous me rappeler dans 15 jours?"
"Bien sûr Madame, bonnes vacances!"
"Oui, c'est ça, merci et au revoir!"
Nous repartons vers le port, non sans une dernière petite visite de notre amie l'otarie (dont j'ai oublié le nom), où nous arrivons vers 12h30.

Jour_6__41_ Jour_6__42_

Petite photo de l'hôtel.

Jour_6__48_

Hey Toni, faudrait laver le bus!

Jour_6__49_

A 13h, c'est l'heure du départ pour la balade dans les dunes en 4x4. J'aperçois Toni une brosse à dents neuve à la main... Je lui demande ce qu'il fait avec ça à côté d'un 4x4!
"Euh, j'ai fait tomber la mienne dans les toilettes".
Ahhh ok! LOL J'avoue que la salle de bains est propice à ce genre d'incident, les toilettes étant juste à côté du lavabo!
Nous sommes répartis dans quatre voitures, je me débrouille comme un manche et alors que je voulais être dans la même voiture que les copines, je me retrouve à l'arrière dans celle de M. Sciatique qui est devant, sa femme à ma gauche et J. à ma droite. J. est un artiste peintre de plus de 80 ans.
Allez, après tout, ils sont gentils, y'a pas de soucis, ça devrait aller.
C'est le même Mike de ce matin qui est notre chauffeur, très sympa!
Je me retrouve donc au milieu et comment dire, j'ai l'impression d'être le jambon du sandwich. Oui, J. ne fait pas trop gaffe et prend toute la place. Je sais que je ne suis pas épaisse, mais quand même! Bref... mais ça n'est pas le plus ennuyeux de l'histoire en fait. Pendant à peu près les trois quarts du voyage, J. va ma saouler avec ses oiseaux. Je m'explique. Mike parle en anglais donc moi je traduis pour les autres. Il nous parle des "seagulls" donc je traduis par mouettes. Sauf que ce ne sont pas des mouettes mais des goélands qu'on voit. Et donc J. va me dire au moins 15 fois en 4 heures "mais ce ne sont pas des mouettes, mais je suis sûr que ce ne sont pas des mouettes". Ouais, ben goélands, c'est pas sorti tout de suite là... Tu m'excuses... Je suis pas un dictionnaire français - anglais ambulant non plus. Et puis de toutes façons, j'y connais rien en oiseaux à part les pigeons!
Mais reprenons...
Nous partons donc les uns derrière les autres, traversons la zone résidentielle et le "quartier des millionnaires" de Walvis Bay avec de très très jolies maisons puis entamons la balade vers Sandwich (ah! ah!) Harbour le long de la mer.
Les flamands roses sont beaucoup plus beaux qu'à Montpellier, y'a pas photo...

Jour_6__50_

Nous montons ensuite sur une petite dune pour avoir la vue des salines.

Jour_6__57_ Jour_6__53_ Jour_6__55_

Puis nous repartons à travers une grande zone plane désertique (sauf quelques "costauds") avant d'entrer dans les dunes.

Jour_6__68_

Le passage des 4x4 est rendu parfois difficile parce que c'est marée montante et l'eau arrive sur la piste. Les 4x4 communiquent par radio, l'anglais ça va, je comprends, par contre l'afrikaans, que dalle!

Jour_6__76_ Jour_6__77_ Jour_6__80_

Oh des cormorans! Et des traces d'animaux (12 peut-être 13?).

Jour_6__62_ Jour_6__73_

Cette fois nous allons vraiment monter en haut de ces immenses dunes. La côte me fait un peu penser à la côte landaise par un jour de novembre (en même temps, c'est le même océan!) mais les dunes sont deux fois plus hautes.

Jour_6__86_ Jour_6__89_

Non, tu crois qu'on va monter tout en haut? Ben oui! Impressionnant!

Jour_6__90_ Jour_6__94_

Nous nous arrêtons à nouveau pour admirer la vue, dommage qu'il n'y ait pas de soleil.

Jour_6__97_ Jour_6__104_ Jour_6__109_

Sur les dunes apparaissent parfois des traces noires, il s’agit en fait de fer qui se trouve dans le sable, une petite démonstration nous en est faite avec un aimant.
Et là, c'est reparti pour un grand 8, grandeur nature. J'avais déjà fait une balade de ce genre dans les dunes de Dubaï (Flo s'en souvient encore! Décidément aujourd'hui, c'est sa journée!) et autant là-bas c'était surtout des virages, autant là ce sont surtout des montées et des descentes vertigineuses! Excellent! Sur l'une de ces descentes, Mike a coupé le moteur, on peut entendre le bruit du sable sous les roues.

Jour_6__111_ Jour_6__114_

En revanche, Land Rover c'est nul, rien ne vaut Toyota (coucou tonton!). Oui, il a fallu s'y reprendre à quatre fois pour franchir une dune alors que le Toyota est monté comme si de rien n'était!
Nous nous arrêtons pour admirer différents points de vue et lors d'un de ces arrêts nous avons la chance de rencontrer un petit gecko des sables.

Jour_6__116_

Mais il est temps de rentrer, ça fait déjà plus de 4h qu'on roule mine de rien. La plus excellente a été la dernière dune que personne n'attendait et dont la descente a provoqué quelques hurlements.
Entre temps, nous apprenons aussi que l'équipe de rugby des Sharks a perdu, Toni doit noyer son chagrin quelque part dans un bar. S'ensuit une petite discussion rugbystique avec Mike.
"What do you think of Frederic Michalak??"
C'est vers 17h30 que nous arrivons à l'hôtel.
"Excuse me, do you have a hair dryer? Thank you very much!" :))
Allez hop, un petit tour sur internet et une petite séance d'écriture de cartes postales puis nous allons dîner dans un restaurant sur pilotis à côté car le restaurant de l'hôtel est réquisitionné pour un mariage (j'ai du bol ma chambre est à l'opposé).
Nous sommes répartis en trois tables. Je prends une sorte de soufflé au fromage et crevettes, très bon et une crêpe aux fruits rouges. Par contre, c'est un peu compliqué car comme nous dînons dans un restaurant qui n'était pas prévu au programme, nous avons le droit de dépenser un certain montant, le reste devant être payé de notre poche. Et bien, les comptes pour l'addition à la fin du repas étaient dignes du sketch de Muriel Robin. Finalement à notre table on s'est plutôt bien débrouillé, et en 5 minutes c'était plié.
Retour à l'hôtel et dodo vers 23h.